Recettes traditionnelles

Ce test de tranchage de tomates vous dira à quel point votre couteau est tranchant ou émoussé

Ce test de tranchage de tomates vous dira à quel point votre couteau est tranchant ou émoussé

C'est le moyen le plus simple de savoir si vous disposez des outils les plus pointus dans votre arsenal ou s'il est temps de procéder à une mise au point.

Chaque produit que nous présentons a été sélectionné et examiné indépendamment par notre équipe éditoriale. Si vous effectuez un achat en utilisant les liens inclus, nous pouvons gagner une commission.

Beaucoup de choses ont besoin d'entretien dans votre vie – les voitures, les animaux domestiques, même votre propre santé. Mais il y a probablement une chose dans votre cuisine qui, selon vous, n'a jamais besoin d'être vérifiée ici et là, et c'est votre couteau de prédilection.

Trancher et couper en dés les ingrédients au quotidien n'est pas une tâche facile pour vous, sans parler de la sélection de couteaux qui font le sale boulot tous les jours. Et il existe de nombreuses façons dont votre couteau peut devenir soudainement plus émoussé que vous ne le pensez - que vous mettiez vos couteaux dans le lave-vaisselle, que vous les laissiez en tas dans un tiroir de la cuisine où ils se rayent et s'entrechoquent, ou que vous utilisiez un planche à découper en verre.

Manger sain doit toujours être délicieux.

Inscrivez-vous à notre newsletter quotidienne pour plus d'articles intéressants et de recettes saines et savoureuses.

Vous ne pensez pas que vous devriez trop vous soucier de savoir si vos lames sont émoussées ou non ? Détrompez-vous.

Les couteaux émoussés peuvent être la principale raison de nombreux accidents de cuisine quand il s'agit de votre propre maison : si vous devez exercer une force supplémentaire et inutile pour trancher les ingrédients, il y a plus de chances que cette lame glisse et se déplace avec force dans une autre direction indésirable. Pourquoi faire 15 coupes dures pour quelque chose qui ne nécessite normalement qu'une ou deux tranches ?

Comment savoir si votre lame a besoin d'être affûtée ?

Il existe en fait plusieurs méthodes pour tester cela à domicile : couper du papier pour imprimante, du papier magazine glacé, découper la couverture d'un magazine ou d'un livret imprimé, ou même essayer de couper les poils de vos bras.

Nous ne recommandons absolument pas de passer une lame le long de votre bras (et nous ne voulons jamais que vous utilisiez les pages Cooking Light comme test pour votre couteau !), Nous avons donc une autre solution.

Il existe un test simple pour déterminer s'il est temps pour vous d'investir dans un acier à roder, qui est un outil pratique qui peut aider à corriger tout mauvais traitement de votre couteau et ramener la lame à un tranchant de qualité.

C'est ce qu'on appelle le test de la tomate, et c'est quelque chose que vous essayez probablement plus d'une fois par semaine :

1) Placez une tomate Beefsteak sur une planche à découper avec la tige vers le haut.

2) Équilibrez votre couteau sur le dessus de la tomate sans appliquer de pression.

3) Tirez le couteau vers vous et n'appuyez pas.

Si votre lame pénètre la peau de la tomate, vous avez un couteau bien aiguisé et vous devriez vous en réjouir. Mais ne vous inquiétez pas si le couteau ne parvient pas à faire autre chose qu'une entaille dans votre tomate - l'acier à aiguiser est un excellent moyen de donner une seconde vie à votre couteau préféré.


Comment affûter vos couteaux de cuisine

Pour devenir un meilleur cuisinier, vous devez acquérir quelques compétences qui vont au-delà de la cuisine proprement dite. Une de ces compétences est d'apprendre à affûter vos couteaux de cuisine.

Cela peut ne pas sembler une priorité, mais c'est le cas. Tout d'abord, les couteaux de cuisine tranchants sont beaucoup plus sûrs à utiliser que les couteaux émoussés. Garder vos couteaux aiguisés vous fera également gagner du temps lors de la préparation des repas et garantira que vos aliments cuisent correctement.

Une partie du processus d'apprentissage de l'affûtage de vos couteaux consiste à comprendre comment ils sont fabriqués. Cela vous aidera à choisir le bon outil d'affûtage pour le travail. Commençons.

Navigation Rapide


  • Un couteau très tranchant – N'utilisez jamais un couteau émoussé car vous risquez plus d'avoir un accident avec un couteau émoussé qu'avec un couteau bien affûté.
  • Un réfrigérateur ou un congélateur – La raison en deviendra évidente dans un instant.
  • Un plateau en métal et un ou plusieurs sacs de congélation – Une autre chose qui deviendra claire après avoir lu plus loin.
  • Viande – C'est assez explicite, vraiment, espérons-le.
  • Délicieuse recette – Que ferez-vous d'autre avec la viande une fois qu'elle aura été coupée ?

Évidemment, il existe des trancheuses à viande qui peuvent faire l'affaire. Lorsque vous magasinez pour la viande, vous pouvez demander à la personne qui s'occupe de la section de la viande de la trancher pour vous. Malheureusement, moins d'épiceries ou de supermarchés semblent offrir ce service, ou il n'y a personne disponible lorsque vous en avez besoin. Cependant, si vous ne possédez pas de trancheuse à viande et que vous préférez le bœuf tranché très finement, il n'est pas trop difficile de le faire à la main.

Il existe également une option pour acheter un produit déjà tranché. Cependant, les tailles et l'épaisseur peuvent varier. Les chefs recommandent aux cuisiniers de trancher eux-mêmes pour assurer l'uniformité et pouvoir suivre les instructions fournies par le livre de cuisine ou la recette.

Cependant, tout le monde ne peut pas bien trancher la viande car ils n'ont pas l'outil approprié : le couteau à viande. Si l'on a l'intention de trancher de la viande de différentes formes et tailles, il est préférable de rechercher le marché et d'investir dans un couteau à viande.


Un couteau bien aiguisé est plus important qu'un couteau tranchant comme un rasoir

Un bon moyen de vérifier si votre couteau est bien affûté est de faire une tranche de papier en l'air. Tenez un morceau de papier devant vous et coupez le bord du papier, en commençant par le dos de la lame et en coupant jusqu'à la pointe. Si le couteau ne coupe pas facilement le papier, il n'est probablement pas assez tranchant. S'il tranche puis s'accroche à n'importe quel moment et commence à déchirer plutôt que de couper proprement le papier, vous avez découvert une zone problématique sur le bord. J'aime utiliser du papier de couleur à cette fin, car il laissera de petits morceaux de papier sur la partie de la lame qui a besoin de travail, et si le papier est coloré, ces morceaux sont plus faciles à voir.

Il ne sert à rien d'avoir un tranchant comme un rasoir sur votre couteau de chef. Un tel bord sera simplement plus difficile à garder tranchant car le bord très fin s'endommagera plus facilement ou, selon le métal, se retournera assez facilement. Assez tranchant est assez tranchant. Je sais qu'il existe de nombreux articles sur l'affûtage et des vidéos YouTube qui mettent l'accent sur le fait d'amener votre couteau à la pointe du rasoir, mais cela semble être conçu pour générer du trafic et pour satisfaire un besoin de perfection infondé qui, en fin de compte, est exagéré. Je pense aussi que ce zèle pour le tranchant du rasoir est parfois destiné à rendre l'affûtage des couteaux inaccessible. Mais, vraiment, vous n'allez pas vous raser avec votre couteau de cuisine, n'est-ce pas ? Je peux faire des tranches de tomate extrêmement fines avec mon couteau de chef qui est aiguisé sur une pierre à aiguiser comme cette pierre à aiguiser 1000/6000 de Home Pro Shop, même si le couteau n'est probablement pas aussi tranchant qu'un rasoir. Et je ne suis pas un affûteur expert, je l'admets volontiers.

Cet article contient un ou plusieurs liens d'affiliation Amazon. Voir la divulgation complète.


Restez affûté avec les meilleurs couteaux de chef

Presque chaque recette commence avec vos ingrédients et un outil précieux : un couteau de chef. Demandez à n'importe quel chef professionnel ou cuisinier à domicile, et ils vous diront qu'un bon couteau bien aiguisé est l'un des ustensiles de cuisine les plus importants. Mais la netteté n'est pas la seule chose que vous voudrez rechercher lors de l'achat de couteaux de chef. L'achat de couteaux peut en fait être une chose assez personnelle - c'est un outil que vous utiliserez presque tous les jours dans la cuisine - il est donc important de rechercher des fonctionnalités qui le rendent confortable à utiliser et capable de gérer toutes les recettes de votre répertoire.

Pensez au confort d'abord. Si vous faites beaucoup de hachage, de hachage et de découpage en dés, vous aurez besoin d'un couteau avec un manche ergonomique qui ne rend pas votre main à l'étroit et fatiguée. La longueur est tout aussi importante - 8 pouces est idéal pour la plupart des gens (et la plupart des tâches de coupe), mais il est préférable de réduire d'un pouce ou deux si vous avez des mains plus petites. Ce que vous cuisinez est important à considérer, car les couteaux en acier trop lourds et plus épais sont les meilleurs (et l'option la plus durable) si vous cuisinez souvent de la viande et que vous risquez de rencontrer des os. Et les couteaux en carbone restent affûtés plus longtemps, ce qui est pratique si cela ne vous dérange pas de les nettoyer soigneusement.

Prêt à acheter cet outil de cuisine fondamental ? Ce sont 10 des meilleures options pour répondre à une variété de besoins.


Passons maintenant à la partie effrayante : affûter le couteau

Tenez le couteau à un angle de 10 à 15 degrés, avec la lame tournée à l'opposé de votre corps et poussez toute la longueur de la lame loin de votre corps, le long de la pierre en diagonale. À la fin de ce coup, retournez doucement le couteau et répétez, en vous éloignant toujours de votre corps en diagonale à travers la pierre. Commencez par le côté grossier de la pierre à aiguiser, puis faites quelques tours sur le côté le plus fin. Si nécessaire, essuyez votre couteau avec un chiffon pour éliminer les débris.


Les lave-vaisselle émoussent-ils vraiment les couteaux

On m'a dit de ne pas mettre de couteaux tranchants dans le lave-vaisselle car cela les émousserait.

Quel est le mécanisme par lequel cela se produit ou est-ce un mythe ?

Re: Les lave-vaisselle émoussent-ils vraiment les couteaux

J'ai un couteau Sabatier 9" depuis un peu plus de 20 ans.

Il a été affûté avec un acier chaque fois qu'il en avait besoin (toutes les quelques utilisations) - l'acier est maintenant usé, mais la *lame* du couteau va bien.

Cependant, la structure globale du couteau est une lame et une soie en acier inoxydable. Il s'agit cependant d'une soie encapsulée - la soie du couteau et l'extrémité de la lame sont enveloppées dans une gaine en aluminium, puis à l'intérieur du manche en plastique noir.

Parce que le matériau d'encapsulation est en aluminium, les pastilles hautement caustiques du lave-vaisselle l'ont érodé, ce qui signifie que la lame est maintenant légèrement lâche dans le manche.

Depuis que j'ai réalisé que cela se produisait, j'ai arrêté de le mettre au lave-vaisselle, mais le mal est fait.

Re: Les lave-vaisselle émoussent-ils vraiment les couteaux

Cependant, le lave-vaisselle poudre pourrait, car elle contient des composés très alcalins comme le phosphate trisodique, à moins que cette poudre ne contienne également un inhibiteur de corrosion comme le silicate de sodium.

Bien qu'« inhiber » ne soit pas tout à fait la même chose que « prévenir », et qu'une exposition à long terme persistante à ces produits chimiques finira par dégrader les matériaux, y compris émousser le bord (bien que ce soit le moindre de vos soucis, car le reste du couteau se détériore également ).

C'est pourquoi les chefs professionnels jamais mettre leurs couteaux coûteux dans le lave-vaisselle (en fait, ils ne les confient généralement même pas au portier de la cuisine, mais les nettoient personnellement).

Re: Les lave-vaisselle émoussent-ils vraiment les couteaux

Ils deviennent ternes parce que la personne moyenne les jette dans le panier d'argenterie avec tout le reste - et il est battu à mort pendant l'agitation par les autres ustensiles.

Re: Les lave-vaisselle émoussent-ils vraiment les couteaux

On m'a dit de ne pas mettre de couteaux tranchants dans le lave-vaisselle car cela les émousserait.

Eh bien.. Si votre technique est médiocre, frapper l'os est une réelle possibilité.

Il n'y a pas de couteau tranchant. Seul un couteau bien aiguisé.

Vous devez affûter votre tranchant avant chaque utilisation (dans des limites raisonnables) bien ranger le couteau (j'utilise un porte-couteau en paille, mais les magnétiques sont également bons.

Le bord peut être diminué dans un lave-vaisselle en raison de la quantité de produits chimiques et surtout de la teneur en sodium, mais sérieusement, si votre couteau est de si mauvaise qualité qu'il est considérablement affecté par cela, alors vous avez acheté de la merde vraiment mauvaise, ou vous le lavez 12 heures par jour tous les jours.

Procurez-vous un aiguiseur de couteaux à moitié décent (

Les vraies questions en cuisine concernent la qualité (ou non) des casseroles au lave-vaisselle. Faites des recherches sur le téflon et l'APFO. Agréable à avoir, mais mieux vaut apprendre à cuisiner correctement)

Jeudi 31 octobre 2013 23:01 GMT Fred Flintstone

Procurez-vous un aiguiseur de couteaux à moitié décent (

Non désolé. Ces demi-décents sont en fait des déchets, car vous finissez par couper avec des bavures plutôt qu'un bord aiguisé. Un acier standard est le meilleur pour garder la lame en ligne et en bon état, à condition de le faire régulièrement et d'utiliser un couteau en acier de bonne qualité.

Euh, désolé, non

Si vous voulez les garder vraiment tranchants, vous restez coincé avec les méthodes traditionnelles, bien que les pierres de carborandum ne soient plus nécessaires (il y a des pierres de diamant pour le début de la coupe) progressant jusqu'à et à travers la pierre à huile standard.

Les aciers sont d'entretien, ils ne s'affûtent pas très bien. C'est pourquoi les bouchers embauchent des gens pour aiguiser leurs couteaux au-delà d'un certain point.

Et oui, les couteaux de cuisine dans les lave-vaisselle ont tendance à se cogner contre d'autres objets métalliques, ce qui entraîne des entailles et une perte éventuelle du tranchant

Donc, si je range bien les couteaux et que je les aiguise régulièrement, je n'ai pas besoin de les laver à la main ?

Attention là

vous obtenez des conseils potentiellement très mauvais ci-dessus.

Si vos couteaux sont en acier inoxydable, l'utilisation au lave-vaisselle peut être acceptable - en fait, de nombreux couteaux de qualité restaurant sont conçus pour cela. Cependant, certaines des meilleures lames sont en acier à haute teneur en carbone (beaucoup plus tranchantes). Vous ne voulez pas que de l'eau reste sur l'acier au carbone (rouille) et elle a tendance à être plus sensible aux produits chimiques.

Aussi, je vous recommande de faire attention à l'affûtage. Vous ne voulez pas vraiment le faire souvent, vous voulez affûter votre lame à chaque utilisation et affûter au besoin. L'affûtage est un très bon moyen de détruire définitivement une lame si vous ne savez pas ce que vous faites et qu'il existe de nombreux ensembles bon marché et pas si bon marché qui vous aideront avec cela. En particulier, la plupart des affûteuses qui ont deux embouts en carbure (parfois des disques, parfois des tiges) vous tirez votre lame et les affûteuses électriques sont des recettes pour détruire votre tranchant. J'ai utilisé avec succès et je recommanderais la démo Lansky youtube ici, mais en général, vous ne devriez pas avoir besoin d'aiguiser beaucoup et si vous êtes sur le point d'acheter un couteau haut de gamme, il devrait provenir de l'usine avec un joli sacré bon bord. Lisez attentivement le manuel de tout taille-crayon que vous obtenez avant de l'utiliser. Ou rendez-vous chez votre boucher local et découvrez qui ils peuvent aiguiser leurs couteaux. La clé, cependant, est un bel acier long (plus long est plus facile à utiliser et moins de travail) avec des courses cohérentes et à basse pression.

Re: attention là

D'après ce que j'ai compris, l'alcali utilisé dans le lave-vaisselle "le savon" provoque une décarburation (ou décarbonisation) au bord du couteau, laissant essentiellement une surface rugueuse. donc pas un problème de rouille, mais un manque de problème de bord tranchant. Je pense que certains lave-vaisselle commerciaux n'utilisent même pas un alcali, plutôt de l'eau et de la vapeur à haute pression, donc peut-être que dans le monde commercial, ce n'est pas un problème.

Re: attention là

En particulier, la plupart des affûteuses qui ont deux mèches en carbure (parfois des disques, parfois des tiges) vous tirez votre lame et les affûteuses électriques sont des recettes pour détruire votre tranchant

Personnellement, je pense que ces choses devraient être carrément interdites car elles sont dangereuses. Vous vous retrouvez avec un bord qui se compose principalement de bavures. Bien sûr, ça coupera très bien après - peut-être deux fois si vous avez de la chance - mais vous venez de faire un gâchis incroyable.

D'accord à 100% avec l'observation de l'acier - il n'y a pas de substitut. Vous pouvez enchaîner avec une ceinture, mais c'est pour les perfectionnistes ou les rasoirs égorgés :)

Hmm, bien que je sois d'accord avec certains de ce que HS a dit, je pense que tout dépend du couteau.

Avant d'utiliser le couteau, faites une coupe d'essai, si ce n'est pas propre, puis affûtez le couteau, c'est juste une sécurité de base. J'ai utilisé des couteaux pour la boucherie qui ont duré des années, étant utilisés 5 heures par jour et affûtés parfois deux fois par jour + surtout quand il s'agit d'os.

L'affûteur que vous utilisez, si vous n'êtes pas un connaisseur de couteaux, est très important - mais il y en a plein de simples sur le marché qui font un travail excellent et sûr, vous affûtez, pas meulez ! Une différence très importante !

Concernant l'eau / corrosion chimique. Trancher quoi que ce soit va mouiller le couteau et le garder humide. Trancher quelque chose comme des pommes (en particulier) piquera le métal - un métal à haute teneur en carbone très rapidement. De nombreux chefs à qui j'ai parlé déclarent en fait que les couteaux à haute teneur en carbone ne sont pas hygiéniques.

Gardez à l'esprit, bien sûr, de tous les équipements de la cuisine, le couteau est l'un des plus faciles à nettoyer et à ranger au sec de toute façon !

En ce qui concerne l'émoussement du couteau, le rangement et la planche à découper sont tout aussi importants que le lavage.

J'aime ce style de bloc : http://www.redferret.net/?p=17354 (bien qu'il y en ait d'autres sans fentes de contact de bord qui sont bonnes)

Je suis heureux d'utiliser ce style d'affûteur : http://www.lakeland.co.uk/14747/Robert-Welch-Signature-Knife-Sharpener?src=gfeed&gclid=CPKtjZ7uvLoCFWfLtAod-ScAsw

J'utilise des couteaux Wusthof, j'ai un couteau préféré pour tous les travaux de préparation et c'est celui-ci : http://www.wusthof.com/desktopdefault.aspx/tabid-75/105_read-950/317_view-121/categories-121 /country-gbr/wlang-2/categories-210 - largement utilisé pendant de nombreuses années et au lave-vaisselle au moins 4 fois par semaine probablement.

Mais pour répondre à votre question, le mécanisme par lequel cela se produit est l'oxydation. Les produits chimiques dans les fruits / lave-vaisselle / légumes feront plusieurs choses pour augmenter le taux de corrosion. Ils aident l'eau à être attirée par le métal (ou plutôt ils attirent l'eau au point mort), et ils aident à faire de l'eau un meilleur conducteur afin que les atomes dans le processus d'oxydation puissent se déplacer plus librement - c'est un style catch 22 et évidemment le plus affecté partie sera la partie la plus mince, qui est le bord.

bons points. La céramique (telle qu'utilisée dans l'affûteur que vous suggérez) est beaucoup moins susceptible de bousiller une lame que le carbure. Personnellement, je ne suis pas fan de ce style aiguiseur, mais peut-être parce que j'ai vu trop de gens gâcher de beaux couverts.

c'est ce que j'utilise normalement - prend et conserve un grand avantage, incontestablement compatible avec le lave-vaisselle et pas cher du tout.

J'ai utilisé des couteaux Wusthof et Sabatier dans les cuisines d'autres personnes, mais ils ont toujours été décevants par rapport à mon couteau à 20 $. Ce qui va au point général de cette discussion que vous pouvez avoir l'équipement le plus cher et le meilleur, mais si vous ne le traitez pas correctement, il ne fonctionnera pas.

Il s'agit en effet beaucoup plus de ce que vous en faites que de la qualité de vos outils.

J'ai travaillé dans un magasin de restauration qui fabriquait une large gamme de couteaux (House of Knives à Petone) quand j'étais à l'école, j'ai donc pu voir les gens acheter les ensembles complets de Wusthof forgé pour le look, ainsi que de nombreux professionnels de la cuisine. . La meilleure façon de vendre quelqu'un était de le laisser hacher des carottes avec un bon exemple de chaque type de couteau, et de le laisser décider. Nous avons également fourni le collège de restauration local et nous nous sommes assurés qu'ils aient de bons couteaux plutôt que la merde qu'ils se font refiler à d'autres.

Aussi beaucoup d'aciers de démonstration et d'affûtage. Steels est agréable et facile, vous dessinez la lame à travers les lignes dans un mouvement de coupe fluide à un angle de 20 degrés (environ un quart d'angle droit) avec une pression ferme mais pas dure. La méthode "sûre" consiste à poser une pointe verticale en acier sur une planche à découper et à la couper, de sorte que vous ne devez couper personne. Un acier "réaligne" le bord fin de la lame, le repoussant dans l'alignement. L'affûtage, c'est couper un nouveau bord fin. Vous pouvez acier votre lame sur à peu près n'importe quel métal dur, j'ai déjà utilisé la colonne vertébrale d'autres couteaux à la rigueur (et des plans de travail en acier, des couteaux à palette, des couvercles de casseroles, etc.)

En ce qui concerne les couteaux tranchants, les bouchers appropriés sont les plus difficiles. C'est la marge bénéficiaire littérale. Mais à part le couperet et le couteau de cuisine, à peu près tous les couteaux de boucherie sont flexibles. Par conséquent, ils ont tendance à être souvent aiguisés et affûtés plus que tout autre couteau.

Pour les travaux de cuisine, une lame en acier estampé de haute qualité légère et étroite ou une lame forgée plus lourde conviendra, en fonction de votre budget et de vos sensations. Le confort de prise en main est important. J'ai fait jurer par des professionnels à chacun, les lames plus légères doivent être affûtées ou affûtées plus souvent, mais sont moins fatigantes et moins chères. Si vous avez besoin d'un seul grand couteau de cuisine (plus de 10 po), vous avez principalement besoin de la longueur comme levier, donc un Victorinex à 30 $ est aussi utile qu'un 400 $ pour fendre des citrouilles.

Mon plus gros problème avec Wusthof est qu'ils ont commencé à fabriquer des objets en acier laminé qui ressemblent à leurs objets forgés. J'ai passé quelques milliers d'heures dans les cuisines en utilisant un Wusthof comme cheval de bataille, avec Victorinex pour mes couteaux d'office.

Mon dernier couteau de travail était un classique de 9 pouces qui était environ 5 mm plus fin à cause d'un affûtage répété, et donc le pouce ou les deux inférieurs fonctionnaient comme un couperet (avec un bord plus large) et le reste comme un couteau normal. Je l'ai gagné au poker et je l'ai échangé contre un sac d'herbe. C'était un bon couteau de cuisine :)

Quant à ne pas être capable de faire la différence, j'ai toujours été celui avec tout le kit de cuisine dans les appartements, et après le "conversation de couteaux" (j'en ai plein de normaux, donc les quelques-uns que je vais me fâcher si tu Je mettrai en évidence, et les autres peuvent être détruits) les flatties les utiliseront. Et avoir de fortes préférences pour les Wusthof. Et lorsque les appartements ont évolué et que nous nous rencontrons, ils mentionnent toujours qu'ils ont manqué d'avoir des couteaux tranchants.

Pour en revenir à la vente aux gens, s'ils sont tous les deux tranchants, vous remarquerez la différence avec un couteau forgé par rapport à un couteau non forgé. Pas un seul qui justifie de payer 5 à 10 fois le prix, mais il y en a. Si vous ne pouvez pas faire la différence, alors ils sont émoussés ou ce sont des Wusthofs en acier laminé. Dans ce cas, il n'y a pas de réelle différence, à part les poignées.

Les lave-vaisselle émoussent les couteaux lorsqu'ils se heurtent à d'autres choses, ainsi qu'à toutes les autres parties notées. En général, les couteaux ont besoin d'être affûtés après un peu d'utilisation. À la maison, l'usure sur le bord du lave-vaisselle (en supposant qu'il soit lavé après avoir préparé le dîner pour 4) est probablement autant que cela en coupant des choses. Dans l'ensemble, cela va probablement avoir un effet FA doux sur la lame. Poignées, peut-être une autre histoire. Le bois est nul pour les lave-vaisselle, mais est moins problématique s'il est enflammé.

Pour en avoir pour votre argent, un couteau de cuisine roulé en acier inoxydable (allemand, français ou chinois) avec un manche qui s'adapte à votre patte, idem pour un couteau d'office, est parfait. Pour un couteau qui vous survivra, forgé ftw. J'ai juré que je n'aurais jamais un couteau d'office forgé (frippé ! Il sera jeté avec les épluchures !), mais j'en ai reçu un en cadeau et je l'utilise pour tout.

En ce qui concerne les couteaux à haute teneur en carbone, je ne peux penser à personne qui les vend pour des ustensiles de cuisine, autres que des objets faits à la main. Vous voulez plus dur, plus cassant pour la coupe. Et si vous vouliez de la flexibilité, vous fabriquiez simplement un acier laminé beaucoup moins cher. Ils ont une utilité (facile à réaffûter, difficile à casser), mais ils rouillent comme une sotte.

TL, DR : Procurez-vous des couteaux forgés Wusthof Classic ou Grand Prix si vous pouvez vous le permettre. Tous les bons couteaux en acier laminé sont fondamentalement égaux. Les poignées sont importantes. Les couteaux lavables au lave-vaisselle passent au lave-vaisselle.

Mon bien-aimé peut et détruit n'importe quelle lame en utilisant des couteaux à découper pour dépouiller le saule, etc. Vous essayez de couper n'importe quoi dans notre cuisine et cela ne fait aucune différence si vous utilisez le bord "tranchant" ou émoussé. Elle s'oppose également si j'essaie de les réaffûter car ils deviennent "trop ​​tranchants et dangereux".

Le couteau le plus tranchant que nous ayons est en fait un couteau à beurre en acier inoxydable de bonne qualité avec un manche en os (qui est devenu teint en rose, Dieu sait comment) - d'une manière ou d'une autre, il a résisté à la punition des couteaux à hacher, éplucher, etc.

Je suppose que vous avez essayé de faire valoir que les couteaux tranchants sont plus sûrs, car vous savez où ils iront, utiliseront moins de pression, etc.?

Cependant, n'essayez pas l'argument selon lequel les couteaux tranchants sont meilleurs parce que vous ne le sentirez pas autant si vous vous coupez vous-même. Celui-là ne vole pas.

Elle s'oppose également si j'essaie de les réaffûter car ils deviennent "trop ​​tranchants et dangereux".

Si ma femme disait quelque chose comme ça, on se moquerait d'elle et on lui demanderait de réfléchir à ce qu'elle disait. Nous avons eu des échanges comme ça, dans les deux sens, plusieurs fois.

Les couteaux sont CENSÉS être tranchants et dangereux. C'est pourquoi vous ne laissez pas les petits enfants couper leur propre steak. Mais comme cela a été mentionné ci-dessus, une lame très tranchante est beaucoup moins dangereuse dans la cuisine qu'une lame plutôt tranchante.

OMI, un couteau émoussé est plus dangereux qu'un couteau tranchant. Avec un couteau émoussé, vous devez utiliser plus de force et avoir moins de contrôle. Mais je n'ai pas d'enfants à craindre.

J'utilise un affûteur de roue en céramique avec des couteaux Global, du type dans lequel vous mettez un peu d'eau et cela fonctionne très bien.

Je n'utilise pas de lave-vaisselle dessus, mais quand je les lave, je ne lâche JAMAIS la poignée, car avoir cette lame cachée dans la vaisselle serait stupide.

Oh, je suis tout à fait d'accord pour dire que les couteaux émoussés sont waaaayyy plus dangereux, mais je ne me coupe pas non plus. Choisissez vos batailles dans cette vie, ce n'est pas celle que je vais gagner.

Jeudi 31 octobre 2013 18:07 GMT Kubla Cant

Céramique

Mon ex-femme met les couteaux dans le lave-vaisselle, et les siens sont toujours émoussés. Remarquez, ce sont des couteaux de merde pour commencer. L'autre problème est que le couteau est toujours au lave-vaisselle quand vous en avez besoin.

Je n'ai jamais utilisé d'affûteur - le bruit de grincement lorsque vous faites glisser la lame à travers elle ressemble trop à des dommages. Au cours des deux dernières années, j'ai utilisé un "steel" en céramique et je le trouve beaucoup plus efficace que l'acier que j'utilisais auparavant. Lorsque j'ai acheté mon couteau Global incroyablement cher, je n'arrivais pas à me persuader d'acheter également un acier céramique Global £80. J'ai par la suite trouvé un acier en céramique chez Ikea, pour £10 IIRC. En fait, les couteaux haut de gamme que j'ai achetés chez Ikea sont également très bons et beaucoup moins chers que Global.

@Hungry Sean : "Sabatier" n'est pas une marque. C'était un nom utilisé indistinctement par les fabricants de Thiers, l'équivalent français de Sheffield, mais plus récemment, il ne décrit que n'importe quel couteau de cuisine à la française, généralement avec une lame triangulaire et un manche noir.

Re : Céramique

Jamais vu l'intérêt dans Global. A l'air cool, qualité d'acier moyenne, pas de traversin. Le manche est OK en position normale, mais le manque de mitre signifie (pour moi en tout cas) en le tenant avec la lame en pince, le côté de mon majeur est contre un bord droit et plutôt inconfortable. À peine vendu non plus, mais c'est plus qu'un mauvais prix. Vous pourriez en obtenir un contrefait pour le même prix, ou un équivalent pour un quart du prix.

Un acier est un acier. Pas cher fonctionne très bien :)

Couteaux en céramique ?

Peuvent-ils passer au lave-vaisselle ?

Doivent-ils être réaffûtés par leur fabricant ?

Jeudi 31 octobre 2013 19:44 GMT Charlie Clark

Re: Couteaux en céramique ?

Les lames en céramique ne s'émoussent presque jamais, mais elles sont très cassantes, donc cela dépend de leur utilisation et surtout de la nature de la surface de coupe. Si vous hachez rapidement, disons vos carottes en tranches, sur une surface dure, vous les éclaterez rapidement sur une surface plus douce, vous aurez des années d'utilisation.

Si un couteau en céramique a besoin d'être affûté, vous pouvez le faire avec un appareil électrique, mais il est préférable de l'apporter dans un magasin de couteaux et de le laisser faire.

Re: Couteaux en céramique ?

Un ami utilise des couteaux en céramique, et la curiosité m'a amené à vérifier le tranchant avec une loupe de bijoutier. Le processus d'usure s'écaillait, avec des morceaux encore tranchants entre les copeaux. Il m'a semblé qu'il se transformait en un couteau dentelé avec un bord tranchant et intermittent. Je soupçonne qu'il restera super net jusqu'à ce que la majeure partie du bord d'origine disparaisse.

Quelqu'un qui sait vraiment de quoi il parle peut-il développer cela?

Note au webmestre : Nous avons vraiment besoin d'une icône de quelqu'un qui parle à travers un chapeau.

J'imagine que le mécanisme est que les gens les mettent dans le même panier peut-être avec d'autres ustensiles assortis et que les jets d'eau les bousculent tous ensemble. Ils trouvent alors le bord aiguisé adouci par les dents, les poignées et ainsi de suite.

Pour ma part, je ne mets pas mes bons couteaux au lave-vaisselle pour deux raisons. D'abord, j'en ai eu un coupé à travers le panier en plastique et j'ai été battu par le tourbillon en dessous et ensuite j'ai été un peu négligent lors du déchargement, et ayant décidé que la lame était meilleure, cela a laissé une belle cicatrice sur ma gauche l'index. Maintenant, je lave, sèche et range les couteaux tranchants individuellement pour éviter les deux problèmes.

Corrosion

J'ai remarqué de la corrosion sur mes couteaux V-Sabatier depuis que ma femme les met au lave-vaisselle. Je ne peux pas dire s'ils sont émoussés par le processus car elle les affûte également régulièrement avec un broyeur. Je suis prêt à croire que l'acier inoxydable est plus hygiénique, mais il n'aura pas un avantage aussi vif que le non inoxydable. Après affûtage avec une pierre à aiguiser de poche, le couteau de mon voilier coupera huit couches de toile de lin sans trop d'effort. Je ne peux pas obtenir le même avantage sur mon couteau de forage, mais il doit ensuite faire face à l'eau salée.

Jeudi 31 octobre 2013 19:53 GMT Charlie Clark

Re: corrosion

La poudre pour lave-vaisselle, et surtout le sel adoucissant, favorisent la corrosion. L'intensité de la corrosion dépendra dans une certaine mesure de la dureté de l'eau : une eau plus dure a besoin de plus d'adoucissement et plus d'adoucissement signifie plus de corrosion. Il existe des languettes que vous pouvez acheter qui sont conçues pour être utilisées avec de l'acier et de l'argent (encore plus sensibles à la corrosion) que je trouve vraiment * faire une différence et maintenant je ne les utilise que pour laver des couteaux ou des casseroles.

En général, cependant, les couteaux sont plus faciles à laver à la main. Si vous les lavez au lave-vaisselle, utilisez les languettes spéciales, utilisez le cycle le plus court et le plus doux, sortez-les et séchez-les dès la fin du cycle.

* J'ai récemment acheté un pH-mètre pour aider à identifier le meilleur filtre à eau pour la très forte teneur en calcium de l'eau ici, donc je prends ces choses peut-être un peu trop au sérieux.

Re : corrosion

Depuis que j'ai réussi à le manquer dans mon baratin ci-dessus, vous avez tout à fait raison. Une teneur élevée en carbone nécessite un affûtage plus fréquent, mais peut contenir un tranchant plus fin (donc plus tranchant). Il est plus doux et subira également plus d'abus avant de se casser ou de se fissurer.

Même si vous décidez qu'ils sont trop peu hygiéniques pour la cuisine, ils fonctionnent très bien comme couteaux de chasse ou de boucherie :)

C'est une combinaison de facteurs. Tout d'abord, il y a des produits chimiques corrosifs dans votre lave-vaisselle. Ils ne vont pas faire de mal à la plupart de vos plats, mais le tranchant d'une lame est étonnamment délicat (enfin, la plupart des lames de toute façon). À moins que vous n'ayez un TRÈS bon couteau, il ne pourra pas résister à cela. Deuxièmement, les gens ont tendance à jeter toute leur argenterie, couteaux inclus, dans le même panier. Ils se frottent les uns contre les autres pendant que le lave-vaisselle fonctionne. Considérant maintenant qu'une planche à découper en verre peut endommager gravement votre lame, imaginez ce que fera une fourchette en acier. Troisièmement, les lames ne sèchent pas aussi rapidement au lave-vaisselle que lorsqu'elles sont lavées à la main. L'eau n'est pas bonne pour l'acier. Même l'acier inoxydable ne peut pas supporter beaucoup de temps dans l'eau avant de commencer à ressentir l'effet.

Après m'être lancé dans le rasage au rasoir, vous en apprenez beaucoup sur les bords tranchants et sur leur maintien. Les mettre sur du cuir ramènera le bord à la normale. Après un certain temps, vous devrez affûter à l'aide d'un taille-crayon.

Même contre votre avant-bras ! Essayez-le ! Je n'ai pas changé ma lame depuis 5 ans. Il suffit de le passer sur votre avant-bras une demi-douzaine de fois avant de l'utiliser (humide) et le tour est joué - la lame de rasage éternelle. (style long ou mach 3)

Lavez toujours les lames tranchantes à la main et individuellement.

Les lave-vaisselle utilisent des agents de nettoyage qui ont un composant semblable à du grain qui sablage la saleté autant que le détergent dissolvant la graisse et ils utilisent un jet à haute pression pour le faire. C'est ce qui émousse le tranchant des couteaux tranchants plus que les produits chimiques. Vérifiez simplement les assiettes qui ont été nettoyées au lave-vaisselle, il y a de minuscules récurages qui coupent la glaçure que vous n'obtenez pas en vous lavant à la main et cela supprime également les motifs/images des verres gravés au sable.

I find that a diamond coated steel is the best way of keeping a good hone on my knives (as well as not letting others use them!) but you need to be able to keep a constant angle of blade to steel (about 17 degrees) or you are wasting your time. If the diamond-steel is new it cuts metal very fast and the inexperienced can ruin an edge in a couple of strokes but they OK for a regrind thus I always have two, one new and rough the other old and smooth which is used daily for the touch up.

Thursday 31st October 2013 19:36 GMT Will Godfrey

Hopeful

Can someone buy me a dishwasher so I can try this out for myself please?

I never knew what sharp was.

I never knew what sharp was until I got a Spyderco Sharpmaker set. The stones are excellent, and the base provides a very simple (upright is easy for eye to judge) means of getting the angle right. It takes most of the skill out of the job, but not all of it. It is fairly easy to sharpen a kitchen knife so it will shave arm hairs effortlessly --- but it still requires time, patience and some work. You can use the stones independently of the base to sharpen just about anything ---with as much skill as you can muster--- so this kit does not limit one.

Quick and easy version is my Chef'sChoice 2-stage hand sharpener. No shaving, at least not with my knives, but much much quicker to get to fine-slice-a-ripe-tomato stage. In other words: quick and useful! But also much more aggressive on the knives. I'd like an electric one, but that would be shere luxury for an occasional cook, even one who sharpens the knife almost every time. Chef'sChoice seem to be *the* choice of electric sharpener, unless one moves to workshop kit.

My knives are carbon steel. They get sharp more easily they get blunt quickly they stain, and rust if left wet. Do pro cooks still use these things? I doubt it. Stainless knives are so very much better these days than they were decades ago. If I were young, today, in my first home, it would probably be stainless all the way --- with a Chef'sChoice pro 3-stage electric sharpener which does honing and steeling as well as grinding.

But I still would probably not buy a dishwasher. Washing up is just not *that* much hassle. So I wouldn't be asking about putting my knives in one!

I prefer manual sharpening

But then I tend to use japanese style knives. I also clean them after use not put into a dishwasher. Only really need to resharpen every 6 months or so. But then my kitchen probably has more blades than any other utensils.

Can you keep the discussion focused, please?

Having debated this point with my brother for years (basically I think that dishwashers should do no harm and he does not get his knives even close to it), I came to this topic with high expectations of being able to finally settle the debate. Only to find a really long thread where people mostly expose their cutting preferences. Please, restrict yourselves to the point: is a knife safe in the dishwasher?

Sharp stuff from an engineers perspective on keeping it sharp

There's a lot of good advice and some bad above. That said knives (or any sharp thing) are like women, wine and beer, it's what works for you that really matters. Not what some knob at the cutlery store sold told you. How you use the sharp thing determines what 'sharp' is, as noted above, there's no such thing as 'sharp' just well done and task appropriate sharpening/honing.

Now for the Big Question: Does a dishwasher dull a blade? La réponse est non. However, as others have noted, water/minerals/chemicals inside the dishwasher will have a negative impact on how cleanly you cut your (thing).

The sharp part of any sharp blade is made at the very, very, very edge of the blade and is defined by the angles at which the two sides of the knife intersect. The actual part that does the cutting can be seen under 20x magnification, but everything behind that intersection has no effect on the sharpness of the blade, only how the body of the blade interacts with the material as it follows the sharp edge (again, ideally the blade is purpose designed, ie: bread knife).

As the actual sharp part is very small, it is highly susceptible to mineral deposits and corrosion (even stainless and ceramic) that are not visible to the naked eye. Those deposits most certainly have a negative effect on sharpness but are somewhat intensified because they are carried and deposited as particulates in the steam inside a dishwasher instead of being carried away as they are under running water. The steam deposits a nice even coating of particulates across the entire edge.

Another factor is the 'wire edge' created during most abrasive sharpening processes. A stone or burnisher leaves a teeeeny little piece of metal (or ceramic) just past the actual intersection of the two sides of a blade. It is a function of the sharpening and can not be eliminated in process: Removing it is another step (below). Cheap knives are left with this edge intact intentionally, as it is very sharp but it breaks off easily, which is the leading reason cheap or poorly sharpened knives go dull quickly, this unsupported wire edge breaks off. The act of placing a knife in the dishwasher is almost perfect for breaking this edge off as well, but in this case it's the rack that's doing the damage, not the water itself.

In any case, putting water on knives, of any material, is the main issue and it is only intensified by the dishwasher, but the water itself is the problem.

Lastly, a well sharpened knife will stay that way for many decades of home use with 20 seconds on a leather strop after you sharpen it with a stone, a burnisher or cleaning it. Unless you drop it or stab someone hit something hard like a bone you don't need aggressive sharpening. All you are doing is removing excess material from the blade and repeatedly creating, and subsequently breaking off in use, a wire edge. A strop cleanly removes that wire edge (as opposed to breaking it off) and keeps the actual intersection of the sides even and clean (sharp). Even the finest diamond hones are too coarse at the microscopic level where a strop works. Additionally, it looks totally badass when you break out an old school strop before you cut into the sacrificial holiday animal and your knives will last exponentially longer. My cooking knives were made for my family by a New Hampshire blacksmith in 1784, they've seen sharpening stones exactly 13 times in all those years and they are unbelievably sharp, just from a good stropping after cleaning and before use. It only takes a few seconds.

Re: Sharp stuff from an engineers perspective on keeping it sharp

OK - you beat me. I'm happy that I have the knives that put my mum through chef school about 30 years ago. When she gave up cooking she passed them to me. I've had them since 2000.

And after that time they are still the sharpest I have ever used, with them being honed on the steel twice a year at most when my mum visits - she can do that far better than I can, and I really believe in knowing what you are good at, and what you should get someone else to do :)

As to topic, I have been told I can put them in a dishwasher by various people, but couldn't bring myself to do it! It's not like they take long to wash by hand (you just have to be careful)


Farberware Knives Review

1. Farberware Edgekeeper 21-Piece Forged Triple Riveted Block Set

  • 8-inch Chef Knife
  • 6-inch Chef Knife
  • 8-inch Slicer Knife
  • 8-inch Bread Knife
  • 7-inch Santoku Knife
  • 6-inch Cleaver
  • 6-inch Boning Knife
  • 5.5-inch Serrated Utility Knife
  • 3.5-inch Paring Knife
  • 3-inch Bird’s Beak Paring Knife
  • (8) Steak Knives,
  • Carving Fork,
  • One pair of Kitchen Shears
  • Storage Block
  • Rich and elegant design
  • Affordable set with a variety of knives
  • Durable high carbon stainless steel
  • Ergonomic handle with three rivets
  • Handles may break easily
  • Not a full tang
  • Santoku knife and Chef’s knife are not as sharp.

Finding a set of finely designed knives that perfectly cut the food items and not your pocket may feel like too much to ask for. Yet, that does not hold true with the Farberware set including 21-Piece Forged and Triple Riveted knives with an Edgekeeper Block. The blades are ultra-sharp from edge to the base making its agile movement seamless enough to pass through any food. Besides the knives, you are also offered a cherry finish woodblock that equips an EdgeKeeper built-in knife sharpener to hone the blades whenever the need appears. The set provides the owner with the following elements.

The handles assure the user with unmatched strength, durability, and comfortable grip owing to its ergonomically smart engineering with triple rivets that sets the tang firm. It is an all-in-one set that meets various professional and home cook needs arising with chopping down the food items in the kitchen.

2.Farberware 18-Piece Forged Stainless Steel Knife Set with Built-in Edgekeeper

  • 8-inch chef knife,
  • 8-inch slicing knife,
  • 8-inch bread knife,
  • 6-inch cleaver,
  • 6-inch chef knife,
  • 6-inch boning knife,
  • 5.5-inch serrated utility knife,
  • 5-inch Santoku knife,
  • 3.5-inch paring knife
  • 3-inch bird-beak paring knife,
  • (6) 4.5-inch steak knives,
  • One pair of all-purpose kitchen shears
  • Natural wood block with sharpeners
  • The woodblock matches most kitchen decor
  • Built-in sharpener to make edge retention simpler
  • Solid and durable from blades to handles
  • Ergonomic handles
  • Handles and blades are prone to tarnishing if not corrosion
  • Some customers reported against the Knives breaking easily
  • A bit costlier

Here’s a set of knives that cuts past the conventional designs of those black synthetic handles into featuring a brush-finished style. Each of the 18 tools in the Farberware Forged Stainless Steel Knife Set is elegant and eye-catching, be it the variety of knives or the natural wood block with a built-in Edgekeeper.

As we did cast a light on, the handles of the knives are made of stainless steel. They are hollow and sleek handles that are highly durable and strong. But there is also a downside to it you may find the grip uncomfortable in the beginning despite the ergonomic design. However, it gets comfortable with time. If you are someone who has had a bad time mastering brush-finished handles, be critically selective here.

3. Farberware 18-Piece Never Needs Sharpening Knife Block Set

  • 8-inch chef knife,
  • 8-inch slicer,
  • 7.5-inch bread knife,
  • 6-inch boning knife,
  • 5-inch utility knife,
  • 4-inch vegetable knife,
  • 4-inch tomato knife,
  • 3-inch cheese knife,
  • 3-inch parer,
  • (6) steak knives
  • One air of kitchen scissors
  • Natural finish wood storage block
  • Sharp, durable, and strong stainless steel blades
  • Textured, non-slip handles for a sure grip
  • Great for regular kitchen as well as for newbie cooks
  • Affordable set
  • Knives are not as sharp as not needing further honing
  • The serrated Chef knife is not impressive
  • Thin enough to operate through starchy vegetables like potatoes

This series is relatively affordable than the 18-piece set we discussed right above. The range of knives in the ‘Never Needs Sharpening’ set is vividly fascinating. From peeling the vegetables for prepping to cutting the steak for eating, the set gets your extensive requirements in the kitchen and dining covered. The tools have superior sharpness for precision, making them the best ones for those getting started with their culinary journeys.

What further adds to making it best for newbies are the stronger grips facilitated by the ergonomic handles. Micro serrations on the blades make cutting and dicing extremely easy to execute and provide precise results. Also, did you notice the names attributed to each knife as a vegetable knife, cheese knife, tomato knife, etc., instead of Santoku, serrated paring, and other complicated names that can be confusing to newbies? This makes it easy to allocate according to the food types and needs for cutting in the kitchen.

4. Farberware Stamped 15-Piece High-Carbon Stainless Steel Knife Block Set

  • 8-inch Chef Knife,
  • 6-inch Bread Knife,
  • 6-inch Slicing Knife,
  • 5-inch Serrated Utility Knife,
  • 4.5-inch Santoku Knife,
  • 3-inch Paring Knife,
  • (6) 4.5-Inch Steak Knives,
  • One all-purpose Kitchen Shear, S
  • Sharpening Steel,
  • Black Wood Block
  • Budget-friendly set with beautiful knives
  • Sturdy and durable from blades to handles
  • Great for beginners as well as regular chefs
  • Satin finish handles with ergonomic shape
  • Balanced, sharped, and lightweight knives.
  • Rust or Tarnish easily
  • No in-built sharpener in the block
  • A few customers have noted minor construction flaws like bubbled plastic

If you want a set of fashionable knives that fit your budget brackets, welcome to the review of the Farberware Stamped Knife Block Set, which has 15 tools comprising 12 varieties of High-Carbon Stainless Steel knives. The handles are aesthetically appealing as they are made of stainless steel that is brushed and given a satin finish. It is a perfect knife set for the ones navigating their way and styles in the kitchen landscape.

It is an excellent set to go with any kitchen decor, a lot of the appeal being credited to the match between stainless steel handles held up in the black storage block. The weight of each knife is well-distributed to add the necessary balance to agile movements. But what may worry you is your comfort with the polished handles- if you are unsure about handling it or maintaining the stainless handles well, be selective before buying.

5. Farberware Stamped Triple Rivet Stainless Steel Kitchen Cleaver

  • Heavy-duty and durable butcher weight
  • Tapered to an extremely sharp fine edge
  • Full tang, ergonomic design with three rivets
  • Resilient soft steel and thick blade

There are endless benefits of owning a butcher knife if you prepare the meat slices at home to get the desired curry cut or buffet pieces. Also known as Kitchen Cleaver, the butcher knives reflect their excellence through three things that we shall lay down to test the kitchen leaver by Farberware. Firstly, the balance of weight makes each stroke of the knife impactful enough to split the ribs, joints, and hard bones of meat and poultry. With the cleaver offered by Farberware, you would experience a greater impact at work with perfect balance to help you get through the cutting task safely.

Secondly, the cleaver’s edge withstands the repeated and sharp blows into the thick meat and bones directly. Farberware offers a dense and tough edge that is reliable and resilient. The blades are tapered to go from fine sharpness to cleaving thickness in matters of millimeters. This allows faster cutting and better precision every time.

Thirdly, the ease of use. It is where Farberware halters a bit. The lack of a rounded angle between handle and blade makes hours of cutting a taxing task to undertake.

6. Farberware Pro 5-Inch Forged Santoku Knife

  • Durable high carbon stainless steel
  • Ergonomic handle with three rivets
  • Ultra-sharp edge
  • Professional series knife with top features.
  • Better edge retention and durability

The professionally forged individual knives by Farberware are one of the best cutleries offered by Farberware. The stainless steel blade is secured in a full tang to the ergonomic handle using three rivets, giving maximum control and firmness. Moreover, the durability is worth the money! Coming down to the Pro 5-Inch Forged Santoku Knife, there are three key areas to consider the quality of the tool based on design, ease of use, and performance.

Based on the design, each knife in the professional series is crafted out of high-carbon stainless steel blades forged into ergonomic handles. They have impeccable and premium edge retention that tends to last ages more than regular knives do. The Santoku knife brings the best attributes of a chef’s knife, cleaver, and a heavy blade together. This brings us to the second parameter that is the ease of use. The knife performs all the heavy-duty tasks of slicing, dicing, and chopping. Thirdly, the extra durability and longevity make the knife an ideal tool to partner your culinary skills. Overall, the knife is performance-oriented, but there could be some severe downsides to it if you do not care for the knife enough.

7. Farberware 4-Piece Full-Tang Knife Set

  • Ergonomic handle
  • Improved easiness in slicing past the steaks
  • Agile and controllable
  • Clean and conventional blades

This set by Farberware offers four steak knives of 4. 5 inches blade each. They belong to the Never Need Sharpening range, which gives it an advantage of precision. The steak knives are our dining table accomplices that help in cutting the flesh out in a steak. With improved ease in getting the steaks cut, one would definitely experience enhanced convenience in dining. If you have guests or relatives over a meal, it is always advisable to put your best foot forward in hosting. Steak knives are generally made of sturdy yet agile knives which have well-distributed weight. Judging by the category, these steak knives get the job done.

These steak knives are not only performative but also very attractive to look at. What further adds to the novelty of the knives is the clean and conventional look that does give a hygienic experience on the table. Besides the appearance, it also offers a decent handling experience with an ergonomic shape. Furthermore, the handles do an exceptional job in adding balance and comfort. Facilitating a comfortable grip, the knives are pretty lightweight to handle and manage. The knives have superior sharpness for precision. Moreover, strength and durability are on point, with the full tang being carved of high-carbon stainless steel.


Sharpener designs

1) Sharpening rods. Two rods, either ceramic or coated with diamond dust, are set in a holder usually at 20˚, 25˚, or 30˚. The rods are used by sliding your knife from top to bottom while pulling or pushing along the entire length of the blade and keeping the blade against the rods. This method is easy to learn and a good way to keep relatively sharp knives sharp. Sharpening rods are fairly inexpensive and can often sharpen serrated knives. They are not useful for sharpening a dull knife.

2) V-sharpeners a.k.a. Pull through sharpeners. These are two hardened pieces of tungsten carbide in a hand-held or table-top device in a V-shape. The knife blade is pulled through the V’s several times to sharpen. They are small and easy to keep in a kitchen drawer, can be used to very quickly sharpen blades, can remove small nicks, and are inexpensive. They are, however, inconsistent, as one pull can be too strong and remove too much metal, while a weaker pull does nothing for the other side of the blade. Sometimes the carbide can catch on nicks on the blade, making them worse.

3) Electric sharpeners. Countertop electric sharpeners get the job done quite nicely and much faster than any hand operated sharpening device. They can be moderately to very expensive but do the trick efficiently. Once your blades have been sharpened, you need to use an electric sharpener only once or twice a month to maintain a fine and sharp edge. Most models have either two or three slots, similar to the V-sharpeners, with discs designed for a range of sharpening from rough to very fine. If improperly used, electric sharpeners can wear down a blade rather quickly though, so use caution and moderation with them.

4) Sharpening stone kits. Many experts consider stones to be the best material for sharpening knives. They are also, by far, the most time-consuming to use. A sharpening stone kit typically comes with several flat stones of different coarseness. You start with the roughest and progress to the smoothest. Each stone is lubricated with water or mineral oil. Pick one, you can’t use both.

Water stones need to be soaked in water for at least an hour. With oil stones, you can drizzle oil on the stone just before you begin the sharpening process. Use only mineral oils. Vegetable oils can harden, clog, and ruin a sharpening stone. If you’ve got free time, and don’t mind a repetitive, and somewhat tedious process, have at it.

We are not reviewing sharpening stones at this time. Instead, we will conduct a much more detailed review and test of the best among the huge variety of stones available. We’ll also review the best and worst methods of using sharpening stones.

5) Sharpening steels. These are not sharpeners. Steels cannot remove nicks or sharpen dull blades, and they don’t remove any steel. Instead, they realign the rolled metal edges of knife blade into a straight line, which makes the blade cut better. They are very common and can be used daily to slightly improve a blade’s performance. Steels are easier to use than real knife sharpeners and they are inexpensive. There are three kinds: smooth, ridged, and diamond coated. Because they do not actually sharpen, we did not test any steels at this time. But we do recommend keeping a steel on hand to keep your knife cutting at its best. Here is a link to one we recommend.

6) Strops. A strop is a flat piece of leather, often attached to a thin strip of wood. They have a little flexibility or bend and are used in a similar fashion to steels. However, they are even less effective at sharpening, merely realigning the edges of knives. We did not test any strops, but they are another decent option for honing a knife between uses. We prefer steels.


How to to Get the Best Out of Your Knives at Home

Welcome to Out of the Kitchen , our ongoing exploration of America’s coolest food artisans. Over the next few months, we’re apprenticing with the best knife forgers, cider brewers, and spice blenders, then bringing their knowledge and expertise back to our home kitchens—and to yours.

Christmas came in September for me this year.

When I heard I was going to the Bloodroot Blades shop with BonAppetit.com staff writer Rochelle Bilow in Georgia to learn knife making from to start to finish with Bloodroot owners David Van Wyk et Luke Snyder , I was, to put it mildly, stoked. You see, I’ve always had a passion for knives, and this spring I started making my own kitchen knives from old carbon-steel blanks I buy from an old French chef. (It’s a long story.)

For me, shaping and sharpening knives is the perfect mix of a day of metal and woodwork, and seriously scratches my lifelong itch to make something with my own two hands—be it squid-and-veggie ramen or the fiberglass finish on a surfboard. And knife making is as much art as science, as far as I’m concerned: Forging metals from an old farm tool into a blade thin enough to effortlessly cut a tomato yet strong enough to mince ginger, all while looking beautiful, is comparable to Ginger Rogers dancing backwards in heels. Getting to go to Bloodroot Blades was like watching magic being made, and I left Georgia with a new appreciation for knives—and new ideas about how to buy and care for them.

But even the most devoted home cooks aren’t going to be making knives in their backyards (and probably shouldn’t). Still, everyone should know how to buy knives and to care for them. Like I said, even for a professional like me (you'll find me in the Bon appétit test kitchen Monday through Friday), the trip to Bloodroot changed the way I think about my own blades, both the ones I make and the ones I purchase ( read more about Van Wyk, Snyder and Bloodroot here ) . Getting my hands dirty and learning how knives come into being at the hands of these artisans left me with greater insight into the knives I buy and care for—here's how you can be a master knife owner, too.

Leone, forging metal at the Bloodroot workshop. Photo: Paige French

The Bloodroot Credo: The Right Knife for the Job

Buying knives can be an intimidating experience. They come in all different shapes and sizes, all of which do certain jobs—you wouldn’t want to use a slicer to core a tomato. It’s worth doing some research on the knife you’re interested in to make sure it's the right tool for what you have in mind. The Bloodroot guys reminded me how important it is to remember that.

Most chefs only use and need a handful of knives—even if they own 25, they usually grab the same four or five. "Buy fewer knives, and buy better knives," says Snyder. There are a few staples everyone should own: a three-to-five-inch paring or petty knife, a ten-inch slicer, a seven-to-eight-inch chef’s knife, and the wild card—a boning or fillet knife. (My steadies are my five-inch petty knife, razor-sharp Chinese cleaver, ten-inch slicer, and fillet and boning knives.) The Bloodroot guys’ best seller is their Japanese-style gyuto , which is basically an eight-inch chef’s knife. Granted, admits Van Wyk, "If you love breaking down whole chickens and get a lot of joy in that, buy a cleaver." But for the most part, the basics will get the job done. If you love to cook, then it’s worth buying the tools to get the job done correctly. You’ll thank yourself later.

Heavy Metal

Knowing what kind of metal your knife is made of is a key decision in buying , because it will affect the way it must be treated. If it’s a knife that’s high in carbon steel, then you need to wash and dry it thoroughly after each use. Leaving water on carbon steel will leave rust spots (which you shouldn’t confuse with patina, which is the normal chemical reaction carbon steel will undergo over time). On the other hand, stainless-steel knives won’t rust or show discoloration—but they also can’t get as razor-sharp or maintain an edge as long as carbon-steel knives. Ultimately though, says Snyder, "You can geek out about steel types, but a knife's longevity is all about how you sharpen it, what you cut on, and how you treat it."

Online Is Fine, but In-Person Is Certain

There’s nothing wrong with buying a knife online—if you’re familiar with the style and maker. Otherwise, go to a store with a large knife selection that will allow you to hold and feel the knives. Once you pick it up, you'll know pretty quickly whether or not the knife is a match for you. Van Wyk and Snyder imparted to me an appreciation for custom-made knives made by artisans, of course, but if you can’t find one of those, there’s nothing wrong with going to Williams-Sonoma or a store with a decent knife shop. Just because you're not getting a custom-made knife made specifically for you doesn't mean that you can't still find the perfect knife for what you have in mind.

Remember the first point—use the right knife for the job. Know what you want to do with the knife and keep that in mind when purchasing. Don’t be shy about asking questions. Let someone help you find the tool that best suits you.

Balancing Act

My time at Bloodroot taught me about the importance of balance. Balancing the knife allows the blade—and its cutting motion—to work with you and not against you, which could ultimately fatigue your hand and wrist. The balance of the knife should be right around the bolster (the knob or metal band where the blade meets the handle), and you should be able to hold up and balance the whole knife evenly on a single finger at that one point.

But at the same time, the balance of the knife also depends on where you hold your knife —and everyone tends to hold a knife a little differently. If you’re lucky enough to have a custom blade made for you, talk to your knifemaker about your unique needs (Are you slicing fish filets from the bones, or whacking a chicken in half?), so that you'll get the best possible tool.

Van Wyk finishes a custom knife. Photo: Paige French

Respect Your Blades

The guys of Bloodroot respect their blades and so should you, no matter where you get your knives—or what kind they are. Someone who respects his or her blade remembers: No knife should be left dirty on the cutting board or thrown into a drawer with 20 other kitchen tools and knives. Clean your knife and put it away immediately after use.

In my kitchen, the rule is: As soon as you’re done with a knife, it gets hand-washed, dried, and put back on the magnetic strip. (When it comes to storing your knives, Bloodroot suggests using a magnetic knife strip that gets hung on the wall in your kitchen. It makes it easy to find the knife you need, and prevents damage to the blade, ultimately keeping your knife sharper and longer-lasting.)

No knife should be left in the bottom of a sink—whether it’s carbon or stainless—ever! Don’t put knives in a dishwasher, as it can affect the metal and damage the handles, which can ultimately end in total knife failure.

"Just pay attention to the knife," Van Wyk says. "It's not a spoon."

Lookin’ Sharp!

Tu volonté need a honing steel and sharpening whetstones if you’re serious about your knives.

Also, maintaining your edge by using a ceramic hone—a rod used to straighten out microscopic nicks—will keep the edge sharp and require you to make fewer trips to the stone. If you’re handling the knife properly as you sharpen, you should only hit the stone two or three times a year, max, on any well-made knife. Honing steels come in various materials, but what really matters is that you use a material that’s harder than your knife. Bloodroot likes Mac ceramic honers —they’re $25 and real workhorses.

Hone your knife's edge regularly by running it down the steel on the same angle that it’s sharpened at. When honing, you are correcting the edge—imagine the cross-section of a dulled blade where the edge is rolled over to one side, like the curl of a wave seen from the side. By honing it, you are simply straightening the edge until it becomes a sharpened triangle.

Sharpening is another process entirely. Whereas honing is simply straightening out the tiny divots in your knife, sharpening means you're essentially filing down a the edge of a dull knife, actually shaving away metal against a whetstone until you get a keen edge.

Van Wyk and Snyder say there’s no one way to sharpen a knife. It’s really about consistency and evenness. That means you don’t need to go fast, and you don’t need to sharpen for 50 minutes—unless you are fixing a damaged knife, a few passes on each side is fine. ____

Don't try this at home: Snyder tests a blade's sharpness by slicing off his arm hair. Photo: Paige French

Van Wyk and Snyder say synthetic whetstones with a grit of 1,000 to 1,200 are great for most uses—go for a 6,000 rating for fine polishing and finishing. (The stones are measured the same way sandpaper is labeled, 60 being really coarse and 6,000 being super fine.)

When putting blade to whetstone, you want to follow the angle that your edge was created with. There isn’t one correct way to sharpen on a whetstone—it’s an art form unto itself. Just find a method you’re comfortable with and that gives you results, take your time, and be consistent. Consider asking a professional to show you their technique first. I recommend practicing on an inexpensive knife. When you’ve got it down, move on to your “real” knives. There’s nothing more satisfying then putting an even, razor-sharp edge on a knife.

If you want to go to the extra mile, you can use a leather strop to give the knife a nice polish. If you don’t have a leather strop, you can just use newspaper on a hard surface —run the knife along the length of the paper at the same angle you would to sharpen it, pulling the knife away from the edge. “It’s free, and it works,” Snyder says.

Where to Cut

A common mistake is using the wrong type of cutting board. You don’t want to cut on a surface that’s harder then your knife. This will cause the edge to roll and become dull and even damaged. Don’t cut on your granite countertop—and, please, if you have a glass cutting board, throw it away and pretend that chapter in your life never happened. Super hard g____lass is one of the worst materials you can use to chop on.

An end-grain wooden cutting board is ideal, but any hardwood board is good. Snyder says to stay away from plastic as your "everyday" board because cuts in the surface will harbor bacteria. Bamboo will dull your blade because of its fibrous makeup. A more traditional hardwood is softer then metal and will keep your knife sharp and provide a better cutting surface. The end grain receives the blade, and minor cuts in the surface of an end-grain board will seal up, keeping the cutting surface clean. A quality wood cutting board should last you plenty of years.

Weekend in the Country

Spending a weekend down at Bloodroot's headquarters, making knives and getting to know Van Wyk and Snyder really opened my eyes up to how much I can still learn. Having the right tools to do any job—whether it be forging knives or cooking chicken soup—makes all the difference in your finished product. But tools alone will only take you so far putting in the work and learning the art is what separates quality from everything else, and that's what makes Bloodroot Blades so special.

The next time I buy a knife for myself (likely a three-inch boning knife), I'm going to mentally relive the weekend at Bloodroot: I'm going to test out the balance so that it's weighted a bit more toward the front, suiting my holding style. I'm going to let the seller know that I'll be using it to take apart everything from goats to delicate fish. I'm going to ask for carbon steel, because I like the way the material holds an edge, and I love the patina it develops over use and time like a badge of honor. And when I get it home, I'm going to take care of it—no dishwasher for my new baby.

Because Bloodroot reminded me that, for someone who cooks, a knife is more than a tool, it's an extension of your hand, the farthest point of your body, changing this world into another one that your mind imagines. Watching them work reminded me that there's nothing as satisfying as cutting a soft tomato with a sharp knife and feeling it fall right through the flesh, or cutting a steak off the bone and leaving no tear, no ragged edges, just a perfect steak. It's like a driving a Ferrari—you don't want to go back to a Toyota Corolla. A knife is a piece of art, but it's functional. And watching Snyder and Van Wyk create the Ferraris of the knife world reinforced in me how important every step along the way is, from heating the metal in the oven to pounding it with a hammer to finding the right use and owner for it to wiping it down after every use. And if I continue to treat my most treasured knives right? Someday I may get to pass them on to my kid.

Or as, the Bloodroot guys like to say, from the Bloodroot forge to my cutting board, each knife is its own story, and I get to tell the final chapter.

But the most important thing I took away from Bloodroot was a sense of possibility: Their shop made me want to leave New York City and buy an old farm to build a workshop on.